Durable

Prenant place au cœur de la ville zéro déchet, dans le prolongement de l’engagement roubaisien, le festival URBX souhaite faire face aux nombreux défis sociétaux et environnementaux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui. A l’issue de sa première édition, URBX propose de travailler à la réalisation d’un diagnostic et de poser sur les trois prochaines année les défis sur lesquels nous devrons nous engager. 

Être un projet inclusif à rayonnement territorial, national et international

  • Définir la mixité hommes-femmes comme un critère fort en matière de programmation, d’accès à la création et d’accompagnement artistique.
  • Impliquer les bénévoles dans la construction du projet de vie associative et la création de projets culturels sur mesure.
  • Renforcer le rôle de URBX comme outil de proximité au service des habitant.e.s 
  • Déployer des actions culturelles à l’écoute des populations locales, en incluant les artistes locaux

Œuvrer dans une action civique et citoyenne

  • Diversifier la mobilité des publics dans une approche écologique et pratique (encourager le covoiturage, les transports publics).
  • Agir de manière responsable en matière d’alimentation, en diminuant et en triant les déchets, en réduisant l’usage du plastique unique, en diversifiant l’offre végétarienne/végétalienne…
  • Utiliser les ressources numériques de manière consciencieuse (études et diagnostics sur notre consommation énergétique, veille sur les nouveaux outils sensibles à la question des datas personnelles, préférer les signatures numériques à l’impression…).
  • Créer des liens privilégiés avec les prestataires du territoire engagés dans le domaine de l’écoresponsabilité.

Favoriser la qualité de vie et la solidarité au travail

  • Porter un regard attentif au bien-être et à l’épanouissement des salarié.e.s (dialogue social, faciliter l’accès à la pratique sportive, mise en place du télétravail en fonction des besoins de chacun.e).
  • Identifier et prévenir les risques psycho-sociaux au travail (droit à la déconnexion, gestion du stress, proscrire les actes sexistes et discriminants).
  • Stimuler l’esprit d’équipe et les synergies collectives (création de projets partagés, séminaire d’équipe une fois par an, animation tournante au sein des réunions).
  • Mieux s’informer sur les enjeux liés au droit du travail et les risques liés au secteur du spectacle vivant (alcool, souffrance au travail, prévention des pratiques addictives), du sport et de la mode.

Ces actions s’inscrivent dans le prolongement de la charte de développement durable pour les festivals mise en place par le Ministère de la Culture, 

« Considérant que les festivals déploient des moyens et des actions qui ont des impacts sur les modes de vie, car situés au croisement d’enjeux économiques, sociaux, sociétaux, culturels et environnementaux ;

Considérant les défis de mobilité des artistes et des spectateurs, de gestion des sites naturels ou urbains et les conflits d’usage pouvant en découler, de sécurité des publics, de santé et de préventions risque, les festivals sont d’autant plus à même de participer la réduction des effets du changement climatique ;

Considérant leur impact et la nécessité de le rendre réversible en veillant notamment à ce qu’aucun site naturel ne soit endommagé de manière définitive, le ministre de la Culture s’engage avec les acteurs signataires de la charte pour amplifier progressivement les pratiques éco responsables, de façon adaptée aux réalités des festivals ; 

 

Considérant l’Agenda 21 adopté lors du Sommet de la Terre de Rio, en 1992, les signataires de la charte proposent dans ce cadre une démarche globale en matière d’éco-responsabilité, présentée dans le document disponible ici