focus sur

Fanny Bouyagui

Dans le cadre du festival URBX, Fanny Bouyagui présente une traduction roubaisienne de sa dernière création, FOULE POWER, un défilé participatif, éthique et 100 % recyclé. Un portrait instantané de Roubaix à travers une collection XXL portée par ses habitant.es. Pari sensible pour l’artiste née à Roubaix et qui y vit toujours.

FOULE POWER - ART POINT M

biographie de l'artiste

Fanny Bouyagui crée Art Point M en 1991 et s’installe dans un ancien entrepôt de tissus à Roubaix, rebaptisé le Laboratoire Factory, lieu de vie et de travail. Premier événement en date La Braderie de l’Art. Fanny, c’est un parcours depuis un CAP couture vers l’école des Beaux Arts et des voyages au bout du monde. Son passé et ses racines se traduisent dans des propositions artistiques multiples : défilé de mode, installation multimédia, spectacle vivant, VJing ou plus récemment l’art de la céramique.

Fanny et son « Art Point M crew », c’est une histoire de rencontres et de fidélités. Dès 1998 avec Didier Fusillier pour les Inattendus de Maubeuge et les premières expériences dans le domaine du spectacle vivant pour Art Point M. L’année suivante, la rencontre avec Didier Thibaut, directeur de la Rose des Vents, scène nationale, provoque la création d’un spectacle multimédia « Quelques Gens de Plus ou de Moins ». Puis avec Jean Blaise au lieu unique de Nantes pour « I have a dream ». Puis encore avec José Manuel Gonçalvès, directeur de la Ferme du Buisson, aujourd’hui du Cent-Quatre à Paris.

En parallèle, Fanny Bouyagui développe un travail plastique autour de la mode dans des défilés spectacles avec comme thème récurrent le corps de la femme et ses représentations. Le début des années 2000 marque un tournant avec la création du « Laboratoire Factory », club électronique et éphémère pour Lille 2004, capitale européenne de la culture. Dans la logique de ce projet nait le Festival NAME – festival Hauts-de-France des musiques électroniques porté par Art Point M.

Entre-temps, Fanny a créé « Violences commerciales » pour la 25e heure / Festival d’Avignon (2005) avec Hortense Archambault et Vincent Baudriller. Mais aussi les chambres de l’Hôtel Europa à la Gare Saint Sauveur de Lille (2009, 2010 et 2011), et a collaboré à de multiples reprises avec Lille 3000 et notamment en Octobre 2012 pour la parade d’ouverture aux côtés de Jean-Charles de Castelbajac.

En 2010 Fanny Bouyagui crée « Soyez les bienvenus », une installation monumentale à la Gare Saint Saveur de Lille. Elle est présentée en 2011 aux festivals de Chalon sur Saône et d’Anvers puis en 2012 au 66e festival d’Avignon, et aux Champs Libres, Musée de Bretagne en 2014. Cette installation part de l’histoire de son père, immigré sénégalais arrivé en France en 1957. Pour comprendre la situation de ces milliers de jeunes africains prêts à tout pour rejoindre l’Europe, elle part à Agadez au Niger, point de départ des flux migratoires. Un an plus tard, c’est de l’autre côté de la Méditerranée, en Italie du Sud, qu’elle tente de les retrouver.

Fanny Bouyagui a été décorée au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur en septembre 2013 et enchaîne les collaborations. À nouveau avec Jean Blaise et Olivier Roellinger au Palais de Tokyo pour un événement à la croisée de l’art et de la gastronomie.

Elle crée dans la foulée et avec José Manuel Gonçalvès, le « Carnaval électro » pour le 104, Paris. En 2015, elle est artiste associée à Mons 2015, Capitale Européenne de la Culture. Elle y conçoit « SUN CITY », un labyrinthe composé de 15 000 tournesols. 35 000 personnes visitent l’installation monumentale qui occupe la Grand Place de Mons.

En mai 2017, Fanny crée la parade d’ouverture d’un Été au Havre, la « Magnifik Parade » et emmène avec elle des centaines d’Havraises et Havrais, avant de prendre les commandes de la dernière parade d’ouverture de lille3000, Eldorado. Elle y monte des chars de 7 mètres de haut inspirés du Mexique qui traverseront la ville de Lille accompagnés de milliers de figurant.es costumé.es.