focus sur

pockemon crew

Dans le cadre du festival URBX, la Compagnie Pockemon Crew présente son nouveau spectacle « #Hashtag 2.0 » au Zéphyr.

L'esprit pockemon

HISTOIRE DE LA COMPAGNIE

C’est en 1996 que débute l’histoire du Pockemon Crew autour de jeunes passionnés de hip-hop et de danse, issus de différents quartiers de Lyon, qui se retrouvent régulièrement pour s’entraîner sur le parvis de l’Opéra National de Lyon. En 1999, à l’occasion d’un battle organisé à Grenoble, huit de ces jeunes décident de s’y présenter sous le nom de « Pockemon Crew », en référence au dessin animé japonais.  comme se le rappelle Riyad Fghani, directeur artistique de la compagnie : « Tout le monde a été épaté par notre style lyonnais, mélange entre les bases américaines, nos mouvements, notre look vestimentaire et de la provocation… ». Et cette différence paie puisque le groupe remporte alors son premier Battle !

Les années passent et sont synonymes de victoires. La liste de leurs récompenses est impressionnante et fait de ce crew, encore aujourd’hui,  le plus titré au monde dans le circuit des Battles

Parallèlement à cette ascension dans l’univers des compétitions, les danseurs du Pockemon Crew franchissent les portes de l’Opéra National de Lyon en 2003, où ils resteront en résidence pendant 10 ans, perfectionnant leur technique et développant leurs projets.

Reconnu par ses pairs comme un fin stratège et considéré comme l’un des meilleurs de sa génération, Riyad Fghani devient alors  l’élément fédérateur et créatif du crew. Autour de lui, la bande de copain se structure et se professionnalise avec notamment la création de l’association « Qui fait ça ? Kiffer ça ! », en 2004. La même année, la compagnie se consacre également à la création chorégraphique sous la direction de Riyad qui dirige sa première création « Sii…si ! », d’où il fait émerger toute l’énergie et la technicité des gestes qui font la beauté de la danse hip hop. Sa seconde pièce, « C’est ça la vie ?! », fera l’ouverture de La Biennale de la danse de Lyon en 2006, lors du défilé, devant plus de 300 000 personnes.

Pour ses créations, Riyad Fghani s’inspire de sa ville et de la société, mêlant avec subtilité poésie et technicité. Son crédo ?  Le plaisir d’abord : « Je n’impose jamais rien dans les pièces, insiste-t-il.  Pour chaque danseur, il faut que ce soit “son” spectacle, “sa” place, “son” mouvement et pas celui d’un chorégraphe qui lui dicte ce qu’il doit faire. C’est la seule condition pour que tout le monde s’éclate. »

Ainsi, chaque membre joue un rôle important au sein de cette dynamique. Chaque danseur est source d’inspiration au sein d’une équipe aux multiples richesses. La compagnie revendique un hip-hop pur, ouvert et tourné vers l’avenir sans pour autant trahir l’origine “ underground ” de la danse hip-hop, à savoir la rue.  Grâce à sa curiosité et son ouverture d’esprit, le Pockemon Crew a contribué à faire entrer la danse hip-hop dans les théâtres.

Leur volonté est maintenant de transmettre leur savoir-faire aux plus jeunes, qui constituent la future génération de danseurs. Ils souhaitent également les informés et leur faire prendre conscience de l’origine de cette discipline afin que le travail accompli par les acteurs hip hop durant toutes ces années ne reste pas vain.

La compagnie organise régulièrement des stages et ateliers d’initiation ou de perfectionnement à la danse hip hop, ouverts à tous et adaptés à chaque niveau. La volonté de Pockemon Crew est partager les compétences des danseurs avec son public, mais surtout de partager son histoire et le chemin parcouru, par la compagnie, et par le hip hop de manière générale en France. C’est un véritable dialogue que les danseurs souhaitent instaurer avec les participants, autant d’un point de vue technique qu’historique.